Endoscopie biliaire

Le cathétérisme endoscopique bilio-pancréatique est un examen combinant une exploration visuelle et une exploration radiologique. Il sert à mettre en évidence des anomalies des voies biliaires et/ou du pancréas. Il peut être utile pour déterminer l'origine de vos troubles et peut dans certains cas permettre leur traitement.

Le but de l’examen

Il est surtout utilisé seul ou en association à la chirurgie pour traiter les calculs ou les obstructions des canaux biliaires ou pancréatiques

Plus rarement, il peut être indiqué quand les autres examens sont insuffisants pour conclure sur la cause de troubles d'origine bilio-pancréatique.

Avant l’examen

Il faut être strictement à jeun (ne pas boire au moins 6 heures avant, ne pas manger, ne pas fumer).

Cet examen se pratique toujours sous une anesthésie. Il est indispensable d’avoir vu un médecin anesthésiste en consultation au moins 48 heures avant (et au maximum 2 mois). Pensez à lui apporter vos ordonnances habituelles et vos examens récents : prise de sang, électrocardiogramme.

Il vous conseillera sur la prise de votre traitement habituel avant la réalisation de l’examen (notamment les traitements pour le diabète ou pour les pathologies cardio-vasculaires).

Penser à ramener les différents consentements qui ont été remis par les médecins : anesthésiste et gastroentérologue.

L’examen en pratique

Les voies biliaires et pancréatiques se drainent dans la partie initiale de l'intestin (duodénum), à travers un sphincter, puis par un orifice appelé papille. L'examen utilise un appareil souple appelé endoscope qui est glissé par la bouche jusque dans le duodénum. Le cathétérisme diagnostique consiste à introduire dans la papille à partir du duodénum un cathéter pour injecter les voies biliaires et/ou pancréatiques avec du produit de contraste. Des radiographies sont alors réalisées avec un appareil à rayons X. La dose d’exposition aux rayons pendant l’examen correspond à celle d’une exposition naturelle au soleil pendant environ une semaine à un mois. Une protection spécifique sera faite chez les femmes enceintes et les enfants.

A la suite de ces radiographies et pendant la même séance, un traitement pourra être effectué. La première phase du traitement consiste le plus souvent à sectionner le sphincter (sphinctérotomie endoscopique) à l'aide d'un bistouri électrique. En cas de calculs, leur extraction peut être réalisée à l'aide d'un panier ou d'un ballon, éventuellement en les fragmentant au préalable. En cas de rétrécissement, celui-ci peut être dilaté par un ballonnet ou une bougie, un drain (prothèse) définitif ou temporaire peut être mis en place à travers ce rétrécissement. D'éventuels prélèvements seront réalisés en cours d'examen si votre médecin le juge nécessaire. Parfois il sera nécessaire de répéter la procédure pour compléter le traitement après avoir discuté des possibilités thérapeutiques.

Les risques éventuels et les suites

Outre les complications propres à l’anesthésie, tout acte médical, exploration, intervention sur le corps humain, même conduit dans des conditions de compétence et de sécurité conformes aux données actuelles de la science et de la réglementation en vigueur, recèle un risque de complication.

Les complications du cathétérisme diagnostique sont rares quand seules des radiographies sont réalisées. Il s'agit d'une inflammation aiguë du pancréas (pancréatite aiguë), d'une perforation ou d'une infection des voies biliaires ou de la vésicule biliaire.

Les complications de la sphinctérotomie endoscopique et des traitements associés sont plus fréquentes: pancréatite aiguë, infection des voies biliaires ou de la vésicule biliaire, perforation de la paroi digestive, hémorragie digestive.

D'autres complications sont exceptionnelles telles que les troubles cardio-vasculaires ou respiratoires.

Toutes ces complications peuvent nécessiter une prolongation de l'hospitalisation et rendre une opération nécessaire (avec ses propres risques). L’hémorragie peut conduire à pratiquer des transfusions de sang ou de dérivés sanguins.

Toutes ces complications apparaissent le plus souvent lors de l'endoscopie, mais peuvent également se révéler quelques jours après l'examen (douleurs abdominales, sang rouge dans les selles et/ou selles noires, fièvre, frissons…).

Ces complications peuvent apparaître lors de l’endoscopie, mais également quelques jours après l’examen. Au moindre doute vous devez contacter votre médecin ou vous présenter aux services des urgences de nos structures

Mise à jour le 16 août 2011